mardi 27 juillet 2010

Café Culturel - Apologize

Coucher de soleil sur la plage à Saint Malo
Sunset on the beach at Saint Malo

Je vous présente toutes mes excuses pour ce si long temps d'attente. Tout d'abord, je m'en fus à Saint-Malo où je me fis la promesse de photographier toutes mes tenues, mais il y avait tant d'autre choses à faire que j'en oubliai bien vite mon engagement. Et puis récemment ben... ben là j'ai plus d'excuse. Sinon que vous allez être servis !

- - -

I apologize for having make you wait so long. First of all, i went to Saint Malo where i wanted to take a picture of each day's outfit, but there was so many things to do that i totally forgot it. And recently... i've got no excuses. But there you'll have what you want, now !



Aujourd'hui c'était l'atelier couture et j'ai bossé sur deux modèles : une robe longue bustier ceinturée taille empire avec des fentes sur les côtés dans un coloris fauve (voire faisane) et une robe courte dos-nu taille empire encore rouge et gris perle, à froufrous pour les réveillons (ou autres soirées du genre). La première n'étant constituée que de deux morceaux de tissus, elle fut bien sûr plus réussie et sera le sujet du post de demain. Quant à la seconde, je ne l'ai pas terminée (il manque quelques détails de fermeture du dos) donc je vous la présenterai plus tard ! J'ai également encore pas mal de tissus différents dans mes tiroirs et profiterai de mes vacances pour en faire quelque chose !

- - -

Today was sewing and i worked on two models : a long belted-empire-waist-strapless-dress with slots on the side and in a tawny color (like a pheasant) and a frilly-backless-short-empire-waist(again)-dress red and grey for Xmas Eve or other like-occasions. The first one is built with only two pieces of tissue, so it's of course very best one - it'll be the subject of tomorrow's post. And the second one, i haven't finished it (it misses some back details) so i'll present it later. I also have lots of different tissues in my drawers so i'll take benefit of the holidays to make something of it !




Un petit aperçu du second modèle, la suite pour quand il sera terminé.
Preview of the second model, following when it'll be done.


Alors voilà, pour me rattraper, je vais vous parler d'un livre, d'un film, d'une musique et d'un blog. Les derniers lus/vus/entendus et que j'ai envie de vous faire partager.

- - -

There, to make you forgive me, i'm going to tell you about a book, a movie, a song and a blog. The last ones i read/watched/listened and that I want to share with you.



          D'abord, le livre. La Peste, d'Albert Camus. Autant l'Etranger m'avait laissée plutôt froide, autant La Peste me fait vibrer. D'abord, l'histoire : à Oran (ville nouvelle algérienne, semblable à toute autre hormis quelques détails) se déclare une épidémie de peste qui "emprisonne" habitants et étrangers voyageant dans son enceinte. L'auteur décrit merveilleusement bien les réactions des résidents, la maladie, les émotions ressenties, le temps ou encore les enterrements. L'écriture est fluide, belle, agréable. Rien n'est surchargé, tout se suffit à lui-même. Disons simplement que Camus mérite son prix Nobel de la littérature !

- - -

          First, the book. La Peste, written by Albert Camus. As his first book, The Stranger, let me quite "cold, as this one gives me vibes. First, the story : Oran (new algerian city, like all cities except some details) has an epidemic fever that "jails" people in the city for more than a year. The author tells really well the people's reactions, the disease, the emotions, the wetter or even the funerals. The writting (in french, i haven't read it in english) is fluid, beautiful, pleasant. Nothing's too much, everything is at his right place. Let's say that Camus deserves his Nobel prize for Literature.



          Ensuite, le film. Jessie, de Raoul Ruiz. D'un côté de la planète, une jeune femme est tueuse à gage, mais ne tue que des hommes. Toutes les nuits, elle rêve d'une autre femme à l'autre bout du monde, partie en lune de miel. Tandis que l'une est froide comme la pierre, l'autre au contraire est extrêmement sensible à tout ce qui l'entoure et ayant été victime d'un viol, elle se sent traquée par son agresseur. La première soupçonne le mari de la seconde de vouloir la tuer, lorsqu'on lui commande le meurtre dans son monde de l'homme en question (ou de son double ?). D'un fantastique pur (on ne sait jamais vraiment si c'est un rêve ou la réalité), Anne Parillaud soutient merveilleusement bien ce film. Cependant, les critiques données sur Internet sont plutôt mauvaise (j'ai découvert ce film par hasard), je vous serai donc très reconnaissante de me donner votre critique de film (personne de mon entourage ne l'a vu excepté moi).

- - -

          Now, the movie. Jessie, directed by Raoul Ruiz. In one side of the earth, a young women kills men as a profession. Everynights, she dreams of another women at the opposite side of the earth, gone in honey moon. When one is cold like a stone, the other one is romantic and because she had been raped, she is sure that her raper has found her again. The first girl suspects the husband of the second one of wanting to kill his wife, when somebody asks her to kill the husband (or his double ?). It's a pure fantastic movie (because we never really know if it's a dream or reality), handed by Anne Parillaud. But all the critics i've ever seen about it are not that good (i discovered the movie alone), so if you have seen it, please tell me what you have thaught about !



          Puis, la musique. Flower Walk, de Boy & The Echo Choir. Boy est française - comme ne l'indique pas son nom. En pleine lévitation, sa musique immerge dans l'immatériel. Elle nous parle d'une voix de nymphe mélancolique. Une batterie tantôt ciselée, tantôt discrète ; de subtiles notes bricolées ; le chant fragile d'une grande et mince silhouette qui se recroqueville dans son écrin de notes cristallines, tout est délicat, un peu comme une fenêtre près du feu en hiver par laquelle on regarde la neige tomber doucement, qui danse dans le vent et étouffe les bruits.

- - -

          Then the music. Flower Walk of Boy & The Echo Choir. Boy is a french singer - as her name doesn't tell us. In levitation, her music comes from immaterial. She talks to us with the voice of a melancholic nymph. The drums are strong or discrete ; her notes are all made by herself ; it's the fragile song of a tall and slim silhouette who cowers in it's case of crystalline notes. Everything's delicate, like a window by the fire in winter through we watch the snow that slowly falls, and dance in the wind and stifle the noises.



          Enfin, le blog. Apollinement Vôtre (cliquez, c'est un lien). Apolline, dix-sept ans, aime la mode et le vintage. Sur la musique d'April March et des Gossip, elle nous invite dans son monde peu commun. Du bleu, du jaune, du vert, du rouge, toutes les couleurs sont présentes dans ses vêtements, les lieux qu'elle choisit comme décors. Et puis, Apolline crée ses propres vêtements, et (je l'avoue), elle fait partie de ceux qui m'ont décidé à m'y mettre (ils y arrivent si bien ; pourquoi pas moi ?). D'ailleurs, elle le fait si bien qu'elle présenta un défilé à son lycée - Attention, créatrice en devenir ! Tenues sucrées ou pop à la Castelbajac, Apolline déborde de créativité pour notre plus grand bonheur !

- - -

And finally the blog. Apollinement Vôtre (the URL is in the french version). Apolline, seventeen years old, likes fashion and vintage. With April March and The Gossip's music, she invites us in her unusual world. Blue, yellow, green, red, all the colors are in her clothes, the places she chooses as setting. And, Apolline makes her own clothes, and she is from the ones that decide me to do so (if the can handle it, why not me ?). She makes it so well that she made a fashion show at her high-school - beware, fashion designer to become ! Her outfits are sweet or pop like Castelbajac's, Apolline is really great !


Aucun commentaire: